2011, l’arrivée du f-commerce

On sait qu’un certain nombre de marques sont présentes sur Facebook à travers leurs pages fans ou les groupes, mais les 20 millions d’utilisateurs du réseaux social en France attirent les convoitises et on voit en ce moment les boutiques Facebook pousser comme des champignons.

Plusieurs offres de services font leur apparition: Boosket (que j’ai découvert récemment sur le salon e-marketing) ou Lengow pour ne citer que ces deux startup françaises qui permettent de pusher un catalogue produit sur Facebook.

Quelques grands marchands ont déjà ouvert leur boutique avec de belles réalisations :

Kima Ventures investit dans Lengow

Lengow la solution qui offre une gestion centralisée d’un catalogue produits e-commerce sur les comparateurs, sites cashback et bons de réductions annonce cette semaine sur son blog une levée de fonds auprès du fond d’investissement Kima Ventures. Il s’agit du fond d’investissement de Xavier Niel, cofondateur de Illiad maison mère de Free et Jeremie Berrebi, fondateur de Zlio.

lengow.png

Lengow a été lancé en juillet 2009 et travaille déjà avec les grands comptes du web comme Fnac.com, myFab.com, Inspirational Stores ou encore vente-unique.com. La startup continue à faire parler d’elle puisqu’elle a remporté la dernière édition de la StartupAcademy organisé par Jean François Ruiz et Sébastien Rousset.

Ce type de solutions pour le e-commerce en mode SaaS me semble très pratique pour les services e-marketing qui souhaitent centraliser leur catalogue et qui possèdent les ressources en interne pour analyser et optimiser la diffusion de celui-ci.

Lengow dispose déjà d’un concurrent sérieux sur son marché, Beezup qui propose une offre similaire avec des tarifs jusqu’à 199 Euros/mois.

Mangento light, du nouveau pour les e-commerçants

Il y a du nouveau à venir chez Varien, l’éditeur de la solution e-commerce Magento maintenant bien connue de tout le monde. J’ai lu sur le blog d’Olivier Levy, que Magento devrait bientôt avoir un petit frère: Magento Light.

Il s’agit donc d’une version allégée du CMS e-commerce permettant aux TPE PME de se lancer rapidement dans la vente en ligne. Le business plan de Varien est tout calculé, même si cette version light sera entièrement gratuite, celle-ci sera un produit d’appel et de transition pour les entreprises qui souhaiteront éventuellement passer sur la licence Pro de la solution e-commerce.

J’ai l’impression que Varien a senti la concurrence se rapprocher doucement mais surement des TPE PME. Je pense notamment à Prestashop que j’ai tendance à recommander pour les « petits sites e-commerce ». On verra bien dans quelques mois si Magento Light séduit ce public qui représente une grande majorité du secteur du e-commerce.

E-commerce: 15 erreurs à éviter

Ce billet s’inspire d’un article publié par l’incontournable Smashing Magazine. Il complète l’article « Pensez ergonomie pour votre e-commerce » que j’ai publié cet été sur presse-citron.net. On avait vu que l’ergonomie était facteur  de succès pour un e-commerce. Découvrons les 15 erreurs à éviter afin de mettre toutes les cartes de son côté pour assurer le succès de ses ventes online.

1. Un manque d’information sur une fiche produit

Faire du shopping dans le commerce traditionnel offre l’avantage de pouvoir toucher et essayer le produit, lire les informations affichées sur les étiquettes, et demander si nécessaire des renseignements complémentaires. Le vendeur n’est jamais très loin…
Le e-commerce ne permet pas la même interaction, il est donc nécessaire de combler ce manque en proposant un maximum d’information produit. Bien sûr le type de fabrication, les tailles et couleurs disponibles mais on pourra très bien retrouver sur cette fiche les instructions de sécurité ou commentaires du fabricant.

2. Ne pas afficher clairement les informations de contact

Pour rassurer le consommateur avant de lui faire sortir la carte de crédit, il est important de lui montrer qui se cache derrière le site web. si votre site ne présente aucune information de contact, ou si celles-ci sont accessibles difficilement, l’internaute ne pourra pas acheter en toute confiance.

3. Un processus d’achat long et compliqué

J’en ai déjà parlé, mais le processus d’achat est un point stratégique pour le site e-commerce, il convient alors d’optimiser au mieux ce cheminement qui démarre par un ajout dans le panier et qui se termine à la validation du paiement. Le but du jeu étant de perdre un minimum d’internautes durant ce processus et ainsi d’augmenter le taux de transformation.

4. Demander à l’utilisateur d’ouvrir un compte utilisateur avant l’achat

L’internaute est un grand fainéant, si il faut qu’il créé un compte utilisateur (avec un formulaire de 3 pages à remplir) à chaque fois qu’il souhaite réaliser un achat, il abandonnera très rapidement. La création du compte doit être facultative par exemple dans le cas ou l’internaute souhaite enregistrer ses informations pour un prochain achat.

5. Un moteur de recherche inadapté

Certains internautes savent exactement ce qu’ils recherchent, dans ce cas là ils préfèreront utiliser le moteur de recherche plutôt que la navigation par catégorie. Il faut vérifier que le module réponde à la requête avec des résultats adaptés. Il est préférable de proposer des options de filtrage pour permettre au client d’ajuster sa recherche.

6. Ne pas proposer d’assistance/service client

Le client doit se sentir épaulé et conseillé durant son achat, plusieurs solutions pour le e-commercant. FAQ, Hotline, ou agents conversationnels peuvent offrir une interaction humanisée et rassurer l’internaute.

7. Des images produit trop petites

La photo est le seul moyen pour l’internaute d’avoir un aperçu du produit, utilisez donc de grandes images pour améliorer l’expérience utilisateur.

8. Afficher une seule image par produit

Même remarque que précédemment, rappelez-vous que le client ne peut pas toucher le produit! Une seule image ne suffit pas toujours pour se rendre compte de l’objet que l’on va se procurer. Il est préférable de lui donner une vue sous toutes les coutures.

9. Un panier virtuel inadapté

Ne négligez pas votre panier virtuel, LA fonction centrale du site e-commerce. Quelques règles de base s’imposent:

  • S’assurer que l’utilisateur puisse ajouter un produit au panier et lui permettre de retourner sur la page visitée pour continuer son shopping.
  • Permettre à l’internaute de modifier son panier en ajustant la quantité ou supprimant un produit.
  • Faire apparaitre les différentes taxes (tva, frais de port) pour chaque produit ajouté au panier avant que l’internaute démarre le processus d’achat.

10. Ne pas proposer plusieurs moyens de paiement

Il faut mettre toutes les chances de son côté et proposer un large choix de paiement. Chèque, carte (Visa, Mastercard…), Paypal, Google Checkout. Les mode paiement ou services utilisés sont différents selon les utilisateurs.

11. Ne pas afficher les produits similaires ou liés

L’affichage des produits similaires est un très bon moyen d’augmenter le panier moyen de l’Internaute. Ainsi l’internaute qui souhaite acheter un netbook sur votre site pourra se voir proposer la housse qui va bien, une clé 3G, un disque dur externe…

12. Une navigation confuse

La catégorisation des produits doit être claire et adaptée pour ne pas perdre l’internaute.

13. Ne pas afficher clairement les frais de port dans le prix

Des frais de port qui s’ajoutent au dernier moment sur la facture sans en informer l’internaute, un bon moyen pour ne plus jamais revoir son client!

14. Ne pas présenter les conditions de vente

Il faut afficher clairement les conditions de vente, de livraison. Le client pourra en prendre connaissance avant l’achat et poursuivre son shopping en toute confiance.

15. Ne pas rester centré sur les produits

Un site qui ne met pas en avant ses produits dès la première page perd de vue son objectif premier: faire des ventes.

Archiduchesse le roi de la chaussette

Patrice Cassard, fondateur du site lafraise.com et éditeur de bien jolis tee-shirt à l’époque (le site a été revendu il y a 3 ans) remet le couvert. Toujours dans le textile, il se lance dans l’aventure de la chaussette online. Archiduchesse propose donc des chaussettes typées sportswear, fabriquées et teintes en France dans une large déclinaison de coloris, Avec un prix unique: 6 Euros la paire de chaussettes.

Un site e-commerce sous prestashop et un blog pour raconter la vie de la petite entreprise. Un concept et produit simple, un site épuré et efficace. Tout ce que j’aime.

Archiduchesse, vente de chaussettes

Les solutions gratuites pour le e-commerce

Il existe un large éventail de solutions gratuites pour celui qui souhaite se lancer dans le e-commerce. Certains préfèreront s’orienter vers des solutions payantes qui nécessite souvent peu de connaissances technique. D’autres vers des solutions gratuites open-sources qui permettront peut-être une meilleur personnalisation, à condition de disposer des connaissances ou d’une équipe technique.

Le journal du net revient récemment sur un dossier présentant un panorama des solutions gratuites pour monter un site e-commerce. Voici un petit résumé, pour plus d’information, pensez à consulter le dossier du JDN.

OS Commerce

Os commerce est utilisé par un très grand nombre de boutiques et bénéficie d’une grande communauté, mais attention à la lourdeur de la solution qui demande beaucoup de connaissances techniques. De plus les mises à jour se font souvent attendre plusieurs années.

Mangento

Développé par la société américaine Varien spécialisée dans la réalisation de sites e-commerce, Mangeto est entrain de devenir la référence en s’imposant en concurrent de os commerce. La communauté autour du produit grandit assez vite et des rencontres autour du e-commerce et de Magento sont organisées en France, le Bargento. Pas mal de sites sont entrain de migrer vers la solution, on peut citer par exemple Discounteo, un e-marchand lyonnais qui vient de migrer sur cette plateforme.

Prestashop

Une solution française, plutôt légère et simple à prendre en main par rapport à Mangento et conviendra parfaitement pour mettre rapidement en place un petit site e-commerce. De plus la plateforme devrait prochainement être agrémentée de modules qui pourront être proposés par la communauté de développeurs.

Peel, Thelia et Plici restent en marge

Les 3 solutions suivantes apparaissent clairement derrière les 3 solutions évoquées précédemment souvent par manque de fonctions ou de communauté pour soutenir le développement de leurs versions gratuites.

Par exemple Peel, en version gratuite ne permet pas l’installation de modules supplémentaires tel que l’optimisation du référencement et les modules de paiement. Fonctions essentielles pour un site e-commerce…

J’ai eu l’occasion de tester l’interface d’administration de la plateforme Thelia et j’ai été déçu par l’ergonomie de celle-ci même si cela peut évoluer avec le temps, de plus les fonctionnalités restent limitée.

Quand à Plici, elle a le mérite de proposer la gestion du multi-boutique et dispose d’une certaine légèreté même si les fonctionnalités restent aussi limitées.

Au vu des divers tests réalisés et des avis utilisateurs j’aurais donc tendance à me tourner vers Mangento ou Prestashop. A voir après par rapport au type de site à mettre en place, à la souplesse d’installation et de configuration et la capacité des plateformes à supporter les montées en charge.

Leçon d’ergonomie ou le bouton à 300 Millions de Dollars

J’ai entendu parlé récemment de l’histoire d’un e-commerçant qui a augmenter considérablement son revenu annuel en opérant une simple modification sur le processus d’achat de son site web.

Auparavant, l’internaute devait créer un compte ou se connecter avec ses identifiants au début du processus. La page proposait un formulaire avec les champs « email » et « mot de passe » ainsi que deux boutons « Se connecter » et « S’inscrire ». Beaucoup d’internautes étaient découragés en voyant qu’ils devaient renseigner le formulaire pour créer un compte ou se loguer obligatoirement avant de réaliser leur achat.

Un grand nombre de commandes n’étaient donc pas finalisées et les clients potentiels abandonnaient à cette étape du processus.

Après quelques études et tests, les designers ont trouvé une solution simple au problème, remplacer le bouton « S’inscrire » par un bouton « Continuer » avec le message d’explication suivant:

Vous n’avez pas besoin de créer un compte pour poursuivre vos achats, veuillez simplement cliquer sur le bouton « Continuer » pour procéder à votre paiement. Pour accélérer vos achats futurs vous pourrez créer un compte pendant le processus de paiement

Le taux de transformation du site s’est alors envolé et les achats ont augmenté de 45%.

Cette anecdote nous montre bien l’importance de l’ergonomie et de l’utilisabilité d’un site web, et tout particulièrement dans le cas d’un site e-commerce. Il faut veiller à détecter le moindre frein à l’achat et pratiquer des tests d’utilisabilité qui permettront de pencher sur les points à améliorer pour optimiser au mieux le site.

Lire l’artice « The $300 Million Button« 

Du marketing transactionnel dans les bannières publicitaires

Bannière transactionnelle

Le concept de marketing et la publicité a pour but principal de favoriser la commercialisation d’un produit. Les services marketing ont certes l’objectif de s’adapter aux publics auxquels s’adresse un produit ou un service à vendre mais également optimiser le chemin parcouru par l’internaute jusqu’à l’acte d’achat.

C’est là qu’intervient la solution proposée par tailgate et Adgregate Markets, deux entreprises permettant d’intégrer le paiement en ligne un peu là ou on s’y attend le moins: bannières de publicité, vidéos de présentation d’un service ou produit, micro sites développés en flash, et widgets. Certainement un très bon moyen pour l’annonceur d’améliorer son retour sur investissement publicitaire (ROI) puisque la transaction n’est plus qu’a quelques clics pour l’internaute.

Malgré la puissance d’un tel service qui de plus fonctionne avec toutes les technologies Ad Serving, je suis un peu sceptique sur l’appropriation de ce moyen de paiement par l’internaute qui n’est peut être pas prêt à faire confiance aux bannières jusqu’à leur donner un numéro de carte bancaire. Vous pouvez voir quelques exemples d’applications de la solution de Tailgate et de celle de Adgregate Markets.

Ce qu’il faut savoir pour lancer son site e-commerce

Très bonne présentation de capitaine commerce, elle démontre que l’entreprise sur le net n’est pas forcément chose simple, surtout quand plusieurs centaines de personnes ont déjà eu la même idée que vous. Le mieux reste tout de même de se lancer pour ne pas en rester au stade de l’idée… qui de toute façon a déjà été pensée mille fois.

Mythes et realites du e-commerce

View SlideShare presentation or Upload your own. (tags: e-commerce)

De retour de la convention e-commerce

De retour de Paris, je vous livre mes impressions sur la 5ème convention e-commerce et d’autres billets suivront avec un résumé des conférences auxquelles j’ai assisté.

Plus de 300 exposants étaient réunis porte de Versaille sur un plateau de 17 000 m2. Impressionnant !
Un très grand nombre de sociétés du web et du e-commerce étaient présentes: Kelkoo, Ebay, shopping.com, fullsix, sqli, rueducommerce pour en citer quelques unes, on peut parler aussi de Zlio qui a rencontré un grand succès sur le salon avec l’annonce de sa nouvelle offre.

Chacune de ces entreprises disposaient de leur stand et 10 salles de conférences fonctionnaient en parrallèle pour nous offrir des présentations sur les sujets du e-commerce, du marketing, du référencement, de la logistique, de l’ergonomie et des outils de communication…

J’ai finalement participé à 2 de ces conférences dont voici le contenu détaillé :

  1. Marketing multicanal : prospecter, vendre et fidéliser par tous les canaux

– Gérer et mesurer le ROI des campagnes marketing multicanal en ligne et hors ligne
– Solutions de référentuel unique pour la gestion des offres commerciales complexes
– Découvrez les nouvelles stratégies de marketing relationnel multicanal pour fidéliser et stimuler les ventes.

  1. Le référencement, votre meilleur vendeur !

– 45 astuces de référencement utilisées par les experts
– Accroitre votre visibilité avec un référencement durable
– Le concept de « Search Engine Ready »
– Comment optimiser son site e-commerce pour le référencement
– La boite à outil du référencement
– Le référencement tactique
– Fragmentation de la recherche, la recherche universelle

J’ai été un peu déçu par les conférences gratuites, surtout pour les présentations conçernant le marketing multicanal. On sentait bien que les intervenants étaient là pour faire parler de leur boite et présenter leurs offres et leurs produits. J’espère que le contenu des formations payantes était plus conséquent.

J’en profite aussi pour relayer la bonne idée de David Bellaiche (David’s World Wide Blog) que j’ai pu rencontrer sur le salon et qui souhaite regrouper les résumés des conférences de la convention e-commerce. Même si certaines conférences étaient visiblement un peu légère en terme de contenu, il y a quand même des choses à dire et ce serait pas mal de tout regrouper. Alors n’hésitez pas à contacter David si vous avez noté (ou retenu!) des choses durant ces 3 jours.