Potentiel du e-commerce à l’étranger

www.translated.net, une société de traduction de contenus publie depuis 2005 le T-Index: un indice statistique qui indique la part de marché de chaque pays en associant  la population Internet et son PIB estimé par personne.

Je sais que le sujet du moment et plutôt à la relocalisation et le Made in France, Eric en parlait cette semaine  et c’est vrai que les sites spécialisés sur ce créneaux poussent comme des champignons: www.madine-france.com, www.100pour100-madeinfrance.fr, www.magazine.fabriquerenfrance.com

Mais fabriquer en France n’empêche pas d’exporter son savoir-faire à l’étranger, il faut alors se poser la question du potentiel à l’international. Quel pays lancer en premier? Dans quelle langue traduire son site web?

Il n’y a pas de réponse toute faite mais cette étude nous donne quelques informations sur les pays à fort potentiel. La Chine viendra supplanter les Etats-Unis pour la 1ère place en 2015.

Les 5 pays listés ci-dessous permettraient d’atteindre 50% du pouvoir d’achat en ligne au niveau mondial:

  1. Etats-Unis
  2. Chine
  3. Japon
  4. Allemagne
  5. Royaume Uni

 

Google Analytics: les nouveautés de la semaine

L’actualité Web Analytics a plutôt était bonne cette semaine avec 2 annonces côté Google: la sortie de Google Analytics Premium seulement aux US pour le moment et l’activation de la fonction « Real Time ».

Google Analytics Premium

Parlons un peu de ce GA Premium qui a déjà fait un peu de bruit. On connaissait ce très bon outil d’analyse web en version gratuit qui fait le bonheur de beaucoup d’entre nous, les entreprises auront désormais le droit à leur version payante.

1. Capacité de traitement améliorées
2. De nouveaux outils de testing à disposition
3. Un support téléphonique accessible 24/24 et 7j/7
4. Une meilleur qualité et fraîcheur des données
5. Une gestion des utilisateurs plus précise

GA premium n’est pas encore disponible en France mais cela devrait venir dans les prochains mois, le modèle premium a du sens sur ce type d’outil sous réserve que la version actuelle reste maintenue et continue à se développer… je suis même étonné que cela ne soit pas arrivé plus tôt. Mais tout cela a un prix et le premium est annoncé à $150,000/an. A voir ce que ça donnera en France mais je me fais pas trop d’illusion vu le prix des solutions type Omniture, AT internet…et d’autres !!

Analytics Real Time

Un gadget bien utile pour voir le nombre de visiteurs connecté en temps réel sur votre site web. Le module n’est pas actif par défaut sur le compte, il faut donc en faire la demande via ce formulaire .

Analytics Real Time vous permettra de voir en temps réelle: le nombre de visiteurs en cours, le nombre de pages vues par minute/seconde, les lieux de connexion, les mots clés tapés pour trouver le site.

Il est vrai que les données Analytics n’étaient pas consolidées en temps réel, ce qui ne permet pas d’avoir des données fiables sur l’analyse du jour même. Par contre, je conseil l’installation du code de suivi Asynchrone pour Google Analytics, celui-ci permet de diminuer le taux d’erreur sur la récupération des données, il permet surtout d’éviter de bloquer le chargement des pages et d’altérer les performances de chargement du site.

Adwords: des extensions d’annonce bientôt payantes?

L’équipe Google Adwords a annoncé un changement dans son business model autour des liens sponsorisés et ses extensions d’annonce sur le moteur de recherche.
Les annonceurs ont la possibilité d’ajouter des extensions sur les annonces associées aux campagnes Adwords. Elles permettent de compléter l’annonce textuelle d’une ou plusieurs lignes en y ajoutant des informations utiles pour l’internaute.
Il en existe plusieurs types dont:

  • Extensions de lieu : informations de géolocalisation visible également via le service Google Maps
  • Extensions téléphoniques : fonction de mise en relation « clic-to-call » qui permet aux internautes d’appeler la société en un clic depuis un smartphone
  • Liens annexes pour les annonces : permet à l’annonceur d’afficher jusqu’à 4 liens supplémentaires sous l’annonce, souvent utilisé pour rediriger vers des catégories de produits, des promotions ou opérations de destockage
  • Extensions de produit : ce type d’extension implique l’utilisation d’un compte Google Merchant Center et de la diffusion de son catalogue produit qui pourra alors être affiché dans l’annonce

Ces extensions rendent généralement l’annonce plus visible ce qui permet souvent d’augmenter significativement le taux de clic (CTR) de celles-ci.

Le changement concerne donc les extensions de lieu: un surcoût sera désormais facturé quand l’internaute clic sur le lien « itinéraire » lui permettant d’afficher son chemin jusqu’à l’entreprise qui diffuse l’annonce. Le coût lié aux extensions téléphoniques est déjà en vigueur aux US pour les annonceurs qui utilisent la fonction « Call Metrics » (Numéro de téléphone de redirection fourni par Google).

Google précise aussi que pour ne pas être soumis à un coût supplémentaire, les annonceurs pourront simplement désactiver les extensions de lieu (attention toutefois à la différence de performance.)

Ce modèle ne s’applique par pour l’instant aux annonceurs français mais je me demande combien de temps cela mettra pour arriver chez nous.

Le référencement en entreprise: ce qu’il faut savoir

Je suis tombé sur cette présentation du blog CAFE REFERENCEMENT qui aborde avec clarté les ficelles du métier de référenceur en entreprise.
Tous les responsables de sites souhaitent décrocher la première place dans Google sur les mots clés stratégiques qui concernent leur activité. Mais beaucoup de barrières se mettent en travers : forte concurrence, manque d’expertise et de compréhension sur le sujet…

La prise en compte du référencement dans la stratégie globale est un point important et je pense que l’internalisation du référencement naturel est la clé du succès dans la plupart des cas.

Cette présentation donne une idée globale des métiers liés au référencement et de leurs place en entreprise.

via

Boosket devient gratuit

Je vous en parlais hier dans ma note sur le f-commerce et coincidence, Boosket annonce dans la foulée que l’utilisation de la plateforme devient entièrement gratuite.

boosket

Auparavant, Boosket proposait 4 type abonnements:

  • Le pack Free (gratuit) – permettant l’intégration du catalogue et la vente de produit sans personnalisation avancée
  • Le pack Start (19€/mois) avec toutes les fonction de base plus des options de personnalisation et la possibilité de créer une boutique fermée personnalisée
  • Le pack Plus (39€/mois) avec toutes les fonctions précédemment citées mais intégrant des fonctions de mise en avant de produits (promotions en cours, meilleurs ventes…), un moteur de recherche intégré et la restrictions de la boutique aux fans (utilise pour acquérir de nouveaux fans sur une page entreprise)
  • Le pack Pro disponible sur devis avec une personnalisation à 100% de la boutique, une équipe de développement dédié et un accompagnement pour la mise sur pied de la boutique Facebook
  • Boosket conserve le pack Plus qui devient gratuit et le pack Pro pour ceux qui souhaitent une intégration avancée.

    Je me pose quand même la question du business model pour Boosket. Le volume de pack pro permet-il d’assurer des revenus suffisant à la start up ? Je ne pense pas.

    Il y a même un indice qui ne trompe pas: la ligne frais de transaction (beta) est à 0,00%. On peut donc imaginer sans trop de problème que Boosket envisage de se rémunérer sur les ventes générées par l’outil une fois sorti de la version beta.

2011, l’arrivée du f-commerce

On sait qu’un certain nombre de marques sont présentes sur Facebook à travers leurs pages fans ou les groupes, mais les 20 millions d’utilisateurs du réseaux social en France attirent les convoitises et on voit en ce moment les boutiques Facebook pousser comme des champignons.

Plusieurs offres de services font leur apparition: Boosket (que j’ai découvert récemment sur le salon e-marketing) ou Lengow pour ne citer que ces deux startup françaises qui permettent de pusher un catalogue produit sur Facebook.

Quelques grands marchands ont déjà ouvert leur boutique avec de belles réalisations :

Salon e-marketing 2011: les tendances du digital marketing

Les pros du web et du marketing se réunissent comme chaque année le 25 et 26 janvier prochain au palais des Congrès à Paris pour le salon e-marketing 2011.

L’occasion pour ceux qui souhaitent mettre un pied dans le web et le marketing de découvrir les dernières tendances. Le salon e-marketing c’est avant tout un rendez-vous business, un bon salon pour rencontrer des partenaires, trouver des prestataires ou agences pour votre projet. Mais ne comptez pas sur les conférences gratuites pour apprendre beaucoup et maitriser toutes les ficelles du marketing sur internet.
Continuer la lecture de « Salon e-marketing 2011: les tendances du digital marketing »

Téléphonie/internet: les forfaits augmentent, les résiliations vont pleuvoir

J’ai reçu cette semaine un courrier de la part de mon cher opérateur Orange qui m’annonce l’augmentation de la TVA sur les forfaits téléphonique et Internet: une taxe qui passe de 5,5% à 19,6% et une hausse de 3 Euros sur mon forfait!

La nouvelle n’est pas très bonne jusqu’à ce que je tombe sur cette phrase en bas du courrier:

« conformément aux termes de l’article L121-84, vous avez la possibilité de résilier votre contrat sans frais, jusqu’à 4 mois après l’entrée en vigueur de la modification tarifaire »

Une taxe Barroin-Sarkozy qui pourrait finalement profiter aux abonnés et à ceux qui souhaitent changer de mobile et/ou de forfait.
J’ai changé récemment de mobile mais ça ne m’empêchera pas de résilier mon forfait actuel!

Par ailleurs, la hausse de TVA s’applique aussi aux FAI. Peut être un moyen de résilier son abonnement Free sans frais et de passer sur la nouvelle Freebox Revolution? Qu’en pensez-vous?

Source: Degroupnews

Taxe Google: les annonceurs peuvent souffler

Les annonceurs français tirent leur épingle du jeu avec la taxe sur la publicité en ligne. La taxe Google sera finalement révisée. Il s’agissait de faire payer 1% du budget publicitaire investi sur Google (Adwords, Youtube…) aux annonceurs français.

L’Etat souhaitait ainsi avoir la main mise sur le géant de Mountain View sous pretexte de soutien au financement de la musique en ligne légale.

Une taxe mort-née annulée depuis peu qui visait les PME plutôt que le géant américain. Les startups françaises ont besoin de la publicité pour se développer et cette loi anti-économique n’allait pas profiter au web français.

J’ai l’impression que les relations se resserrent depuis quelques temps entre les acteurs du web et les politiques qui font l’effort d’échanger, comprendre le web qui nous entoure, et ses problématiques.

D’ailleurs, l’Elysée qui reçoit directement tout un groupe de personnalités et influenceurs du web, c’est plutôt rassurant. A voir ce que cela donne sur le long terme mais la création du Conseil du numérique et du G8 internet pourront certainement faire avancer les choses sur toutes les questions politiques en matière de web.

Problème de sécurité dans l’Optimiseur de Site

Mail reçu aujourd’hui de la part de l’équipe qui s’occupe de l’Optimiseur de Site Google:
Le Google Website Optimizer qui permet notamment la réalisation de tests A/B afin d’augmenter le taux de conversion d’une page semble faire l’objet d’une faille de sécurité.

Ainsi tous les tests effectués avec cet outil avant le 3 décembre 2010 seraient sensibles. Mieux vaut donc prévenir une attaque malveillante et suivre la procédure envoyée par mail:

Cher utilisateur de l’Optimiseur de Site,

Nous souhaitons vous informer d’un possible problème de sécurité dans l’Optimiseur de Site. En exploitant une faille dans le script de contrôle de l’Optimiseur de Site, une personne malveillante pourrait exécuter un code malveillant sur votre site par le biais d’une attaque de script de site à site. Cette attaque ne peut se produire que si le site Web ou le navigateur a déjà fait l’objet d’une attaque distincte. La probabilité immédiate d’une telle attaque est faible, mais nous vous incitons tout de même à prendre des mesures pour protéger votre site.

Nous avons corrigé le bug et tous les nouveaux tests ne sont pas vulnérables. Toutefois, vous devez mettre à jour tous les tests que vous exécutez actuellement afin de corriger le bug sur votre site. En outre, si vous disposez de scripts de l’Optimiseur de Site issus de tests mis en veille ou arrêtés que vous avez créés avant le 3 décembre 2010, vous devez également supprimer ou mettre à jour ce code.

Vous disposez de deux méthodes pour mettre à jour votre code. Vous pouvez arrêter les tests en cours, supprimer les anciens scripts, puis créer un autre test, ou mettre à jour le code directement sur votre site. Nous vous recommandons vivement de créer un test, car il s’agit de la méthode la plus simple.

Création d’un test

  • Arrêtez tous les tests de l’Optimiseur de Site en cours.
  • Supprimez tous les scripts de l’Optimiseur de Site de votre site.
  • Créez un test comme vous le faites habituellement. Les nouveaux tests ne sont pas vulnérables.
  • Mise à jour directe du script de contrôle de l’Optimiseur de Site
  • 1. Localisez le script de contrôle sur votre site. Il se présente comme suit :

    Localisez le code suivant dans le script de contrôle : return c.substring(…
    Modifiez la ligne suivante comme indiqué :
    AVANT : return c.substring(i+n.length+1,j<0?c.length:j) CODE CORRIGÉ : return escape(c.substring(i+n.length+1,j<0?c.length:j)) Veillez à inclure la parenthèse fermante finale ")".

    Notez que, dans les exemples de script de contrôle ci-dessus, la ligne k=XXXXXXXXX constitue un espace réservé.

    Une fois que vous aurez effectué cette mise à jour, votre test se poursuivra normalement. Vous n’avez pas besoin de le mettre en veille ou de le redémarrer.

    Nous avons pris l’engagement de garantir la sécurité de l’Optimiseur de Site et nous regrettons vivement ce problème. Nous nous efforcerons d’éviter toute autre vulnérabilité à l’avenir.

    Cordialement,
    Trevor
    Équipe de l’Optimiseur de Site Google