{lang: 'fr'}

Créer des sites Internet c’est bien beau… mais il faut aussi gagner sa croute!
Je suis encore étudiant (alternant) et le portage salarial qui offre un statut légal au consultant est certainement le meilleur moyen pour commencer à travailler chez soi ponctuellement  sur des projets de création web.

Expliquons déjà comment fonctionne cette histoire de portage salarial…



Le professionnel (consultant, freelance bien souvent) trouve ses propres client et missions, il sera ensuite embauché et devient donc salarié de la société de portage ce qui lui permet de s’affranchir des formalités de création d’entreprise et de certaines tâches administratives.

La société de portage salarial met en oeuvre des moyens et un accompagnement permettant de contribuer au développement de l’activité de ses salariés portés, il comprend pratiquement toujours le suivi administratif qui concerne dans tous les cas la facturation du client, le versement du salaire à l’intervenant et la gestion des recouvrements (impayés). Certaines sociétés offrent aussi des services complémentaires de mise en réseaux, de constructions d’offres en commun, d’assistance à la réponse aux appels d’offres..elles peuvent aussi assister l’indépendant dans son action commerciale (formation, fournitures de cartes de visites, mise à disposition de bureaux…).
En échange de ces bon services, la société prélève une commission qui est généralement égale à 10% de la prestation facturée à un client.
Le freelance pourra finalement consacrer du temps au développement de son action commerciale et se recentrer à fond sur son métier.

Eric Dupin alias Presse-citron a abordé le sujet (dans le cadre de la création d’une activité pour exercer le métier de webmaster/webdesigner à son compte), il partage son expérience du portage salarial et explique pourquoi il a opté pour ce statut au démarrage de son activité. Dessous un extrait de son article, détails de quelques uns des services clés du portage.
[...]
* Facturation : vous complétez chaque mois un formulaire de demande de facturation en fonction des prestations que vous avez effectuées, et la sociéte de portage se charge d’éditer les factures et de les adresser aux clients. Elle peut même apposer votre logo et votre adresse sur l’en-tête de la facture, déplaçant ses propres mentions légales en pied de page, ce qui pour le client et pour votre image est particulièrement professionnel (détail intéressant : si la société de portage dispose d’un capital social de plusieurs dizaines de milliers d’Euros indiqués en pied de page, le client n’y verra que du feu et pensera qu’il sa’git de votre société, idem si celui-ci exige une certaine ancienneté de ses fournisseurs. Tout cela étant bien sûr parfaitement légal et transparent).

* Relances en cas de retards de paiement, voire gestion du contentieux

* Rémunération : la société de portage encaisse le montant des factures de vos prestations, et vous reverse votre dû mensuellement sous forme de salaire avec fiche de paie, déduction faite des charges et de sa commission (qui était de 10% sur le CA brut HT réalisé). Exemple : vous facturez 5000,00 Euros HT courant mai, votre portage encaisse la somme en juin, et fin juin vous touchez votre salaire de 5000 – 10% – les charges sociales = environ 2500,00 euros nets (de mémoire, vous ne m’en voudrez pas si les choses ont un peu bougé depuis une dizaine d’années).

* Avantages : tous ceux du salariat (retraite, couverture sociale…) combinés à ceux de l’indépendance (vous êtes le chef, plus vous bossez plus vous gagnez…), auxquels il faut en ajouter un autre, énorme (merci au législateur qui a rendu cela enfin possible il y a quelques années), celui du report de vos mensualités ASSEDIC. Exemple : vous percevez 1500,00 Euros mensuels d’indemnités ASSEDIC, si vous encaissez 1000,00 Euros de salaire en portage, vous ne percevrez que 500,00 Euros d’ASSEDIC mais les 1000,00 Euros restants ne seront pas perdus et allongeront d’autant votre période d’indemnisation ! Plutôt encourageant, non ?
[...]

Autres points à prendre en compte, le portage salarial ne bénéficie encore d’aucune convention collective, il applique donc le code du travail.
Et le petit bémol, la rémunération nette de l’intervenant se situe généralement entre 47 et 50% du montant facturé (source wikipédia), cette imputation correspond aux charges sociales payées par la société de portage et ses frais de fonctionnement. Il restera cependant le statut le mieux adapté pour ceux qui sont déjà salarié où étudiants et qui veulent arrondir les fins de mois par quelques heures de prestations.

Je vois donc plusieurs avantages à profiter du portage salarial pendant ses études si on est suffisamment qualifié pour commencer à exercer en douceur…

  • Se constituer un portefeuille de références
  • gagner des expériences valorisantes à afficher sur son CV
  • tester son aptitude à travailler en solo
  • tester son aptitude à gérer plusieurs projets
  • éventuellement de se faire repérer et tester par un client qui pourrait amener à une embauche

Une fois la décision prise, restera à signer la convention de portage qui fixe par avance les engagements réciproques de la société de portage et du consultant (le montant des frais de gestion, les modalités de paiement du salaire, des frais de mission et de fonctionnement), s’inscrire sur les site communautaires de freelance et de faire le tour de ses contacts pour dénicher sa première mission et appeler sa société de portage pour qu’il génère son contrat de travail!